Le secteur

Le commerce, un secteur solidaire à réunifier
Retrouvez-nous sur facebook et sur Twitter 
Le secteur Commerce se décline en 4 commissions et 1 sous-commission paritaires (CP), qui ont chacune leur champ de compétences propres avec des barèmes et conditions de travail spécifiques : 
  • CP 201 - Commerce de détail Indépendant
  • CP 202 - Commerce de détail alimentaire (succursale multiples avec + de 50 travailleurs : Delhaize, Match, Rob, Mestdagh, Aldi, Lidl,..)
  • CP 311 - Grandes entreprises de vente au détail (non alimentaire : bricolage, mode, ameublement, sport,..)
  • CP 312 - Grands Magasins (Carrefour, Cora, Hema)
  • CP 202.01 - sous-commission paritaire - moyennes entreprises de détail alimentaire ( de + de 20 personnes)
 
Ces commissions paritaires (la CP 119 incluse pour les ouvriers du commerce alimentaire) concernent 230.141 travailleurs dont 83% sous statut "employé", majoritairement à temps partiel et féminin.
 
Une logique de guerre !
Faire ses courses ne donne qu’un petit aperçu de ce qui se passe dans la distribution. Derrière les belles vitrines, il n’y a pas que des marchandises… Les enseignes se livrent une concurrence impitoyable, principalement sur les prix. Pour maintenir des bénéfices croissants, elles travaillent sur la marge et principalement sur les masses salariales. 

Pour les travailleurs, cette logique implique des bas salaires. Les contrats précaires, à temps partiel, temporaires se multiplient. Les horaires sont le plus souvent flexibles et ne permettent pas d'équilibrer vie privée et professionnelle. Les entreprises rivalisent d'ingéniosité et les magasins se remplissent de sous statuts : étudiants, stages d'insertion,..
 
Toutes ces questions font l'objet de négociations permanentes dans les entreprises... sauf dans les PME où les Classes Moyennes s'opposent depuis toujours à l'installation de délégations syndicales d'entreprise et où c’est le règne de l’arbitraire.
 
C’est ainsi que tout naturellement l’harmonisation des commissions paritaires est "la" grande question t. En clair il s’agit d’obtenir qu'une caissière ou un réassortisseur aient les mêmes droits et avantages où qu'ils travaillent dans le secteur.
 
La franchise…. une vertu ?
Savez-vous que les CP 201 et 202.01 regroupent essentiellement les franchisés des grandes enseignes des 3 autres commissions paritaires telles Carrefour, Delhaize, Colruyt, Brico et autres ?
 
Les enseignes sont apparentées, les marchandises sont les mêmes. Le franchisé est simplement un "faux indépendant". Soyons clairs : il bénéficie de certains avantages liés pour l’essentiel à la puissance d'achat du franchiseur mais il ne peut pas décider grand chose et s'il s'en sort c'est parce que les conditions de travail et de salaire du personnel font la différence. Les écarts sont de l'ordre de 25% entre les uns et les autres.
 
Pas étonnant dès lors que la grande distribution menace de passer ses magasins en franchise à chaque revendication du personnel !
 
C'est inacceptable... et nous travaillons à changer cette évolution. La franchise est au commerce ce que sont les délocalisations à l’industrie avec une différence de taille : le commerce est un secteur captif, qui ne peut être délocalisé qu’à la marge par l’e-commerce par exemple.

La régulation est donc une affaire de volonté politique !

International
La CNE est affiliée à UNI (Union Network International), elle-même affiliée à la CES. C’est une organisation professionnelle et interprofessionnelle pour les employés du secteur tertiaire essentiellement à laquelle adhèrent 900 organisations syndicales du monde entier qui rassemblent 15 millions d’affiliés. Elle est organisée en régions dont l’Europe (UNI Europa) et celle-ci est divisée en zones plus réduites.

La Belgique est représentée dans la zone 4 aux côtés de la France, des Pays-Bas, du Luxembourg et de Monaco. La CNE est partenaire de nombreuses alliances mondiales comme ikea, H&M, carrefour..
 
Des travailleurs de la production aux travailleurs de la distribution
La CNE est membre de la plateforme ACHACT (www.achact.be/ ) dans un même combat pour un travail décent !

CP 201 - Commerce de détail Indépendant

Le secteur du Commerce de détail indépendant 

La commission paritaire du Commerce de détail indépendant, c’est le petit commerce dit de proximité qu’il soit ou non alimentaire, pour autant que dans l’alimentaire il n’atteigne pas 20 travailleurs et 50 travailleurs dans le non-alimentaire. 
On y retrouve donc l’épicier ou le marchand de journaux du coin mais aussi tous les magasins franchisés des grandes enseignes non alimentaires comme Brico, E5mode, Prémaman etc. 
La fédération d’employeurs dominante s'appelle les Classes Moyennes, profondément hostile à toute représentation syndicale d’entreprise. Par conséquent, sans délégation syndicale, sans CPPT ou conseil d’entreprise, il est particulièrement difficile de défendre ses droits et d’améliorer les conditions d’emploi. Tous les 2 ans néanmoins, après avoir négocié pour la grande distribution, nous tentons de transposer cet accord dans le secteur dit du « petit commerce ». 
Tant dans cette commission que dans la 202.01, la durée du travail est supérieure et les barèmes moins élevés. Il y a peu de garde-fou, pas de prime syndicale et c’est le plus souvent le règne de l’arbitraire qui domine. 
A quand une décision politique forçant la représentation syndicale dans les PME ?

CP 202 - Commerce de détail alimentaire (succursale multiples avec + de 50 travailleurs : Delhaize, Match, Rob, Mestdagh, Aldi, Lidl,..)

Cette page est en construction. Elle sera disponible dans les prochains jours. 
Merci de votre patience ! 

CP 202.01 - sous-commission paritaire - moyennes entreprises de détail alimentaire ( de + de 20 personnes)

Le secteur des Moyennes entreprises d'alimentation (CP 202.01)

La sous-commission paritaire des dites moyennes entreprises d’alimentation est la résultante d’actions syndicales menées il y a plus de 10 ans déjà pour lutter contre le phénomène naissant de la franchise. Elle concerne les commerces alimentaires d’au moins 20 travailleurs. 
Cette sous-commission avait pour vocation principale de responsabiliser les franchiseurs sur les aspects sociaux induits par le traitement différencié entre leur propre personnel et celui du franchisé. Elle était à nos yeux transitoire.
Malheureusement, malgré plusieurs tentatives, le but n’a jamais été atteint et les différences avec la CP 201 du Commerce de détail sont relativement dérisoires. 
Les entreprises sont pour l’essentiel des franchisés des grandes enseignes alimentaires : AD Delhaize ou Proxi pour Delhaize-le-lion, GB Express pour Carrefour ou les franchisés de Mestdagh et Colruyt. 
Nous dénonçons très régulièrement l’anomalie que constitue la franchise. Nous prétendons qu’il s’agit de faux indépendants. Ils assument tous les risques avec très peu d’autonomie. En attendant, le franchiseur encaisse les dividendes et c’est le personnel qui trinque ! 
La représentation syndicale d’entreprise reste l’enjeu majeur pour ce secteur. C’est le seul moyen pour contrer la concurrence sociale déloyale organisée par la grande distribution au détriment de son personnel et à son plus grand profit !

CP 311 - Grandes entreprises de vente au détail (non alimentaire : bricolage, mode, ameublement, sport,..)

Le secteur des Grandes entreprises de vente au détail

Voici une commission paritaire en plein essor : 120 entreprises de commerce spécialisé non alimentaire qui emploient au moins 50 travailleurs.
Ce sont pratiquement toutes des chaînes multinationales. Sans les citer toutes il y a ici les Brico, Ikea, Fnac, Mediamarkt, Casa, Cassis, Etam, Decathlon, New Vanden Borre, Zara, Veritas, H&M etc….
En 5 ans l’emploi est passé de 33 599 travailleurs à 43 413, soit 29% d’augmentation avec un taux de syndicalisation de 55%. 
C’est un secteur en expansion constante où le syndicalisme est relativement jeune. De nombreux points de vente et peu de personnel dans chacun d’eux, un nombre trop limité de délégués dispersés dans toute la Belgique et un « fait » syndical qui commence seulement à s’imposer. 
Les problèmes y sont comme partout dans le secteur : flexibilité des horaires, polyvalence parfois excessive, temps partiel et précarité des contrats temporaires. Les avantages sectoriels doivent absolument être améliorés, tant les barèmes que les conditions de travail. C’est en renforçant la syndicalisation de chaque enseigne du secteur que nous y arriverons !

CP 312 - Grands Magasins (Carrefour, Cora, Hema)

Présentation du secteur des Grands magasins 

La Commission Paritaire 312 concerne aujourd’hui 3 entreprises seulement, mais pas des moindres puisqu’il s’agit de Carrefour, Cora et Hema. 
13 891 employés en 2009, c’est « le » secteur du Commerce qui est en déclin en matière d’emplois avec un taux d’affiliation record de 85%. Seuls le personnel de direction et les cadres de haut niveau ne sont pas syndiqués à l’une ou l’autre organisation.
 Cora possède 7 magasins en Belgique, tous des hypermarchés.
Carrefour, après une importante restructuration toujours en cours, maintient pour l’instant en intégré 44 hypermarchés et une quarantaine de supermarchés ; ceux-ci dépendent toutefois de la CP 202.
Hema, quelque peu atypique dans le secteur, rassemble 75 supermarchés en Belgique de vente au détail de produits non alimentaires essentiellement. 
C’est la commission paritaire qui a montré la voie syndicale aux autres, la première à s’être constituée. Dans ces entreprises, un personnel prompt à se mobiliser pour défendre ses droits et c’est donc tout naturellement qu’elle a généré les conventions collectives les plus intéressantes.