Campagnes

Les campagnes de la CNE Commerce

Pour la semaine des 4 jours

La réduction collective du temps de travail a toujours été au coeur de nos revendications.

En 2001, après une campagne intensive faite d'une lutte importante dans les entreprises, une partie du  secteur passait à 35h.Les temps partiels ont vu leur salaire augmenter et les temps plein ont pu bénéficier massivement de 6 jours de "RTT"
Depuis 2001, la situation du secteur n'a cessé de se dégrader : 
  • augmentation des contrats précaires et des temps partiels
  • multiplication des contrats kleneex
  • flexibilité et variabilité en augmentation
  • faible augmentation du pouvoir d'achat
  • chômage croissant
  • arrivée de l'ecommerce
  • crise et restructurations
Dans ce contexte, les militants CNE  COMMERCE ont décidé de remettre l'ouvrage sur le métier! 
En effet, nous ne voulons pas seulement nous battre pour éviter des reculs, pour maintenir les acquis. Nous voulons aussi défendre une revendication de progrès social qui est une réelle solution pour tous.
La redistribution du temps et donc des richesses reste une solution structurelle au chômage, au vieillissement, à la précarité. Vous n'êtes pas convaincu-e? Nous sommes prêts à ouvrir le débat.
Aujourd'hui, des réductions le plus souvent individuelles existent et les travailleurs du secteur en sont friands : 
  • Travail en 4 jours pour les contrats en dessous de 24h/sem
  • Crédit temps motivé(ou non), crédit temps fin de carrière...
Ces solutions permettent aux travailleurs soit d'assurer un équilibre vie de famille-vie professionnelle acceptable tout en ne perdant pas de revenus.Cela permet de combiner la crèche, les enfants et le boulot en se tirant moins les cheveux. Elles permettent aux plus de 55 ans de se retirer tout doucement de la vie professionnelle et de prévoir l'avenir. Souvent, cela représente aussi une solution pour les personnes atteintes de maladies le plus souvent d'origine professionnelle. De même, ces temps libérés pour chacun créent aussi de l'emploi en magasin... Les travailleurs se réapproprient l'organisation de leur temps. Aujourd'hui, ces solutions sont attaquées : le crédit temps a été vidé de toute sa substance, le Crédit temps 55+ passerait désormais à 60 ans le vidant de tout son sens.
Oui mais le temps partiel, c'est une solution !?
Le temps partiel est rarement un choix, surtout dans la grande distribution. IL va de pair avec des horaires flexibles, variables qui permettent rarement d'organiser quoi que ce soit...Le travailleur "subit" . La réduction collective du tempsde travail et la semaine des 4 jours permettent aux travailleurs de se réapproprier la gestion de son temps. Elle répond à une aspiration collective tout en permettant de redistribuer l'emploi sur une grande échelle.
D'ailleurs, cette campagne et revendication s'inscrit pleinement comme une des alternatives à la politique d'austérité. L'article paru dans le droit de l'employé de janvier 2015 en fait la démonstration.
Alors, vous voulez aller plus loin?
Consultez notre argumentaire : 
Retrouvez également nos affiches de campagne  à télécharger :  affiche 1 et affiche 2

Contre le travail du dimanche

Il y a mieux à faire le dimanche que faire des courses!
Depuis plusieurs années, l'interdiction de travailler le dimanche a subi de nombreuses attaques. Aujourd'hui, il existe de nombreuses exceptions à cette interdiction dans le secteur commerce. La plupart des magasins des  grandes marques  peuvent ouvrir 6 dimanches par an et ce pour autant qu'il y ait un accord de la délégation syndicale et une contrepartie financière. Néanmoins, c'est loin d'être le lot de tous les travailleurs du commerce.
A nouveau, Comeos relance la question en organisant ce dimanche 5 octobre un shopday avec l'objectif avoué de démontrer que le shopping est un loisir et qu'il est nécessaire d'ouvrir ...
Les organisations syndicales réfutent ces arguments et portent la voix des travailleurs du commerce.


Marquez votre solidarité comme travailleuses, travailleurs, citoyens?

Vous trouverez ci dessous : un argumentaire, des affiches, des cartes postales à envoyer aux bourgmestres des villes qui se sont laissées séduire par le sunday shopday ainsi qu'un courrier à envoyer par mail aux différents bourgmestres.
      
 

Les affiches :

Affiches front commun FR  NL
CNE/LBC : 

Retrouvez ici les diverses démarches de la campagne : 

La CNE en action dans les régions : 
Bruxelles-Brabant Wallon: Communiqué de presse de Mars 2015

La CNE dans les entreprises : 
INNO : Action novembre 2014

SUNDAY SHOPDAY!
Vous ne voulez pas être complice de l'extension du travail du dimanche dans le commerce?
Vous voulez faire autre chose le dimanche que de consommer en faisant du shopping un loisir?    
 
Agissons! 
  • Tout d'abord, boycottons cet évènement (voir appel sur facebook). 
  • Ensuite Votre commune participe ou a participé ?
Ecrivez à votre bourgmestre ! Téléchargez le courrier à envoyer à votre Bourgmestre  homme    Bourgmestre femme Envoyez-lui un mail  : voici les adresses mails des bourgmestres des villes qui ont optés pour l'ouverture Remplissez la carte postale du front commun (Fr) et renvoyez-là à votre bourgmestre ou dans nos bureaux .  Vous trouverez ces cartes postales auprès de vos délégués ou bureau syndical le plus proche.
  • Votre commune ne participe pas mais vous souhaitez marquer votre solidarité?
Consultez notre brochure! Affichez votre opinion grâce aux affiches. Parlez-en autour de vous pour convaincre!
Ecrivez également à votre bourgmestre pour qu'il continue à ne pas accepter l'ouverture de dimanche : courrier Bourgmestre homme   courrier Bourgmestre femme
Vous trouverez ici les adresses des bourgmestres des  communes wallones ou bruxelloises.

Les élections sociales 2016

  • Les élections sociales : c'est quoi ce bidule?
    - Tract
    - Notre équipe de permanents se tient à votre disposition pour toutes vos questions : contacts
  • Vous avez une connaissance dans le commerce ?
     En mai 2016, les entreprises du commerce vivront elles aussi les prochaines élections sociales. Des milliers travailleuses et travailleurs se présenteront ainsi sur les listes, pour défendre leurs collègues dans les différents organes de      concertation.

     La première étape pour réussir ces élections est donc de trouver des candidates et candidats CNE, notamment dans les enseignes où nous ne sommes pas encore représentés. Jetez un œil à la liste de ces magasins : vous connaissez      quelqu’un qui travaille dans l’un d’entre eux ? Parlez-lui des élections sociales et donnez-lui les coordonnées de nos permanents ! 

Le Droit de l'Employé - décembre2017