Le futur régime des allocations familiales en Wallonie

Longtemps annoncé et objet de nombreuses spéculations, le futur modèle wallon d’allocations familiales a été présenté par le gouvernement wallon.

Qui est concerné ?
Le nouveau modèle concerne tous les enfants nés après le 1/1/2020. Certaines familles seront soumises à deux modèles d’allocations familiales : l’actuel pour les enfants nés avant le 1er janvier 2020 et le nouveau pour ceux nés après cette date.
Quels sont les principaux changements et qu’en penser ?
Le montant de base ne diffèrera plus en fonction du rang de l’enfant (1er, 2ème, 3ème, etc.). Un même montant sera attribué pour chaque enfant de la famille. Cette évolution vers plus d’égalité entre les enfants est positive. Cependant, à partir de trois enfants (ou deux dans certains cas), le nouveau modèle est moins généreux que l’ancien.
Les suppléments d’âge disparaissent dans le nouveau modèle. Mais le montant de base attribué à chaque enfant augmente. Certaines familles y gagnent. D’autres y perdent. On pense notamment aux familles de deux ou trois enfants qui bénéficieront d’un montant de base moindre et ne bénéficieront plus de suppléments d’âge. 

Le nouveau modèle prévoit que le supplément social et le supplément pour famille monoparentale varient en fonction des revenus. De plus, il profitera aux ménages qui n’en bénéficient pas dans le système actuel (ceux aux revenus compris entre 30.000 € et 50.000€ bruts annuels). Ces principes sont à saluer, notamment parce qu’ils permettent d’augmenter les allocations familiales des travailleurs les plus pauvres. Cependant, le gouvernement ne prévoit pas un euro de plus au budget des suppléments sociaux. Il nous promet donc de toucher plus de familles, avec le même budget. Ainsi, il rabote les montants attribués aux familles qui ont moins de 30.000€ de revenus pour étendre les suppléments sociaux à davantage de familles (les 30-50.000€). Pour les syndicats, cette extension des suppléments sociaux doit s’accompagner d’une augmentation des budgets afin que l’extension des suppléments ne soit pas financée par une diminution des suppléments aux familles les plus pauvres.
Michaël Maira