Congé éducation : faites votre demande

Le congé-éducation payé donne au travailleur du secteur privé le droit de suivre des formations et de s’absenter tout en gardant son salaire. Les plafonds sont compris entre 80 et 120 heures selon le type de formation suivie et peuvent atteindre 180 heures pour les formations menant à des métiers en pénurie.

L’employeur ne peut pas refuser le congé-éducation payé, mais il doit avaliser la planification du congé. Après la formation, la Région du lieu d’occupation rembourse les coûts salariaux, jusqu’à un certain forfait dépendant de la Région et du type de formation. L’employeur peut néanmoins limiter le salaire pour les heures de congé-éducation payé à un plafond légal. Cette limite (fédérale) est fixée à 2.928€ brut par mois pour l’année scolaire 2018-2019 (proposition soumise au Conseil national du travail, à confirmer). Si votre salaire est supérieur à ce montant, votre salaire pour les heures de congé-éducation payé sera donc moins important.
RESPECTEZ LES DELAIS
Tout travailleur doit impérativement de- mander son congé-éducation payé à temps à son employeur. Vous devez introduire votre demande avant le 31 octobre auprès de votre employeur pour les formations programmées au cours d’une année scolaire normale. Joignez à votre demande votre attestation d’inscription auprès d’un établissement scolaire. Attention: comme toutes les formations n’ouvrent pas le droit au congé-éducation payé, il convient de se renseigner avant l’inscription à une formation si elle ouvre bien le droit au congé-éducation.

Suite à la régionalisation du congé-éducation payé, la formation doit être reconnue par la Région de votre lieu d’occupation (plus précisément « l’unité d’établissement ») : la Région wallonne si vous travaillez en Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale si vous travaillez à Bruxelles, la Région flamande si vous travaillez en Flandre. Assurez-vous auprès de votre établissement scolaire que votre formation est reconnue dans la Région de votre lieu d’occupation. En cas de doute sur votre lieu d’occupation (par exemple, pour les représentants de commerce, les techniciens travaillant en déplacement, etc.), le lieu d’occupation indiqué par l’employeur dans la déclaration trimestrielle à l’ONSS est déterminant.
APRES LE 31 OCTOBRE ?
Vous vous inscrivez à une formation après le 31 octobre ? Ou vous vous inscrivez à une formation qui ne débutera qu’après le 31 octobre ? Dans ce cas, vous devez introduire votre demande de congé-éducation payé au plus tard dans les 15 jours à compter de la date d’inscription. Lorsque vous changez d’employeur en cours d’année scolaire, vous devez demander la continuation du congé-éducation payé dans les 15 jours auprès de votre nouvel employeur.

Les délais n’ont pas été respectés ? Votre employeur pourra alors limiter le nombre d’heures de votre congé-éducation payé. De plus, vous devez vous conformer au planning déjà établi dans l’entreprise.

Plus d’infos:

Pour la Wallonie : http://emploi.wallonie.be
Pour Bruxelles : http://werk-economie-emploi.brussels/fr_ FR/home
Pour la Flandre : www.werk.be

Indexation des salaireset des allocations sociales

L’indice-pivot a été dépassé en août. Par conséquent, les allocations sociales et les pensions ont augmenté de 2 % au 1er septembre. Les traitements des fonctionnaires seront adaptés en octobre. Le privé suivra en fonction des règles en vigueur dans les secteurs. L’indexation automatique protège le pouvoir d’achat des travailleurs et des allocataires sociaux. Au centre du mécanisme, l’indice-santé reflète l’évolution des prix d’une série de produits et de services. Chaque mois, on compare ce chiffre à un seuil, l’indice-pivot, qui représente une augmentation des prix de 2 % par rapport à l’indice-pivot précédent. Quand l’indice-santé dépasse l’indice-pivot, les salaires et les allocations sociales augmentent à leur tour de 2 %. Crédit-temps, allocations fami- liales, assurance maladie, chômage, pensions: retrouvez les principaux montants sur le site internet de la CSC (www.lacsc.be).