Ryanair : licenciement d’un militant de la CNE

Ce 20 septembre, jour de l’assemblée des actionnaires de Ryanair, notre militant Sarkis a été convoqué à Dublin pour un entretien. Lors de cet entretien, il lui fut annoncé qu’il était licencié.

Dans les raisons invoquées, outre des futilités, il lui a été reproché de s’être exprimé dans les médias lors de la grève du 25 juillet. Rien ne lui est reproché sur le contenu de sa communication, bien sur le seul fait d’avoir parlé à la presse. Il s’agit ici clairement d’une atteinte aux libertés syndicales. 

La CNE a donc décidé de défendre Sarkis en justice au tribunal du Travail de Bruxelles. Les collègues de Sarkis sont outrés par cet évènement et sont également outrés par la lenteur que met le SPF Emploi Travail à valider l’installation de la délégation syndicale que nous avons demandée il y a plus de deux mois dans le respect de la procédure prévue par la CCT du secteur. Même Ryanair a accepté le principe d’une délégation syndicale. Ce statut permettrait à nos militants de s’exprimer librement. 

A quelques jours de la grève du 28 septembre, cette situation est inacceptable. Elle risque, en effet, d’effrayer nos militants qui auraient envie de parler de leurs conditions de travail.

Ce communiqué de presse " Ryanair : licenciement d’un militant de la CNE " est également disponible en pdf