Rassemblement demain devant l’Hôtel communal d’Etterbeek

En mémoire et en solidarité avec notre déléguée, et pour dénoncer fermement la violence au travail, nous organisons un rassemblement ce mardi 4 septembre à 17h30 devant l’Hôtel communal d’Etterbeek (Avenue d’Auderghem 113, 1040 Etterbeek).  

Jeudi 23 août 2018 notre déléguée syndicale, collègue, amie, a mis fin à ses jours. Elle allait avoir 47 ans. C’était une belle personne, toujours prête à écouter et à défendre ses collègues. Elle laisse sa famille, des amis, des collègues, sous le choc, effondrés, abasourdis. Notre déléguée s’est ôté la vie pour en finir avec l’angoisse, avec le stress et la douleur liés aux violences qu’elle a subies pendant de longues années au travail, à la Mission Locale d’Etterbeek.

Ce que les délégués de la Mission Locale d’Etterbeek ont subi pendant des années, de nombreux autres délégués le vivent au quotidien dans d’autres entreprises, où ils défendent leurs collègues. Pressions, menaces, harcèlement, stagnation professionnelle, licenciement, dénigrement, représailles. Tout cela n’est pas un cas isolé dans le secteur. Parce qu’ils ont le courage de parler, qu’ils cherchent à organiser leurs collègues, ils sont de plus en plus souvent la cible de directions qui ne veulent pas s’embarrasser de concertation avec leurs travailleurs, qui ne veulent ni la transparence ni la démocratie qu’une délégation syndicale instaure du fait même de son existence. Cet événement tragique nous rappelle à tous qu’attaquer les délégués syndicaux, c’est bien attaquer les représentants et les soutiens des travailleurs et donc les travailleurs eux-mêmes.

Cela met aussi en lumière une nouvelle fois le fait que le monde du travail est et continue à devenir, pour un nombre croissant de travailleurs, un milieu violent, où les pratiques de management les plus inhumaines sont cautionnées et encouragées par un nombre de plus en plus grand d’employeurs, où ils sont contraints de subir la maltraitance et l’arbitraire ou à démissionner. Les travailleurs sont obligés d’assumer une charge de travail de plus en plus lourde avec de moins en moins de moyens. Le bien-être au travail, inscrit dans la loi comme une obligation de l’employeur, n’est pas une priorité pour bon nombre de directions et de responsables politiques. En attendant, la violence au travail tue. 

C’est pourquoi un rassemblement est organisé demain devant l’Hôtel communal d’Etterbeek en mémoire et en solidarité avec notre déléguée et pour dénoncer fermement la violence au travail à 17h30.

Ce communiqué de presse " Rassemblement demain à 17h30 devant l’Hôtel communal d’Etterbeek " est également disponible en pdf