Pas touche aux barèmes ni aux CCT

Le dernier accord d’été du gouvernement menace gravement les salaires des travailleurs. Il prévoit d’ouvrir la voie à une refonte des barèmes actuels en un système qui se baserait sur la compétence et la productivité. Cette mesure est inacceptable tant sur le fond que sur la forme. Les organisations syndicales SETCa-BBTK, CNE et LBC-NVK viennent d’interpeller les fédérations patronales à ce sujet. Elles exigent le respect des CCT conclues dans les différents secteurs (et donc celui des barèmes sectoriels) et appellent les employeurs à se positionner dans ce dossier.

Un gouvernement mal informé 


Le gouvernement semble oublier que notre système barémique a déjà été réformé en profondeur il y a une petite dizaine d’années. Nous sommes alors passé d’un système basé sur l’âge (jugé comme étant discriminatoire) à un système basé sur le nombre d’années d’expérience du travailleur ou d’ancienneté. Un mode de rémunération transparent, reconnu et soutenu par des travailleurs et qui permet à chacun d’être rétribué à sa juste valeur. Le jobsdeal prévoit de coupler désormais les barèmes à la compétence et à la productivité, deux notions qui sont pourtant très difficilement mesurables et objectivables (et qui pourraient laisser lieu à de nombreuses dérives). 


Un gouvernement qui nie la concertation sociale


Le gouvernement semble aussi éluder le fait que cette matière est exclusivement l’affaire des interlocuteurs sociaux. La formation des salaires dans les secteurs et les entreprises est en effet le fruit de négociations entre syndicats et employeurs. Des CCT sectorielles (dont bon nombre sont d’ailleurs à durée indéterminée) fixent les minima salariaux sectoriels qui sont d’application au sein des différentes commissions paritaires concernées. Les plans du gouvernement semblent pourtant en faire fi. Pour le front commun syndical, il s’agit là d’une atteinte à la concertation sociale et d’une menace évidente pour tenter d’affaiblir la progression salariale en Belgique. 

Pas touche aux barèmes ni aux CCT 


Le SETCa-BBTK, la CNE et la LBC-NVK dénoncent cette situation et lancent une grande campagne d’information et de sensibilisation autour des barèmes. Dans un courrier adressé ce jour à l’ensemble des fédérations patronales, le front commun syndical appelle les employeurs à se positionner dans ce dossier et à s’engager conjointement avec lui en faveur du respect des CCT négociées dans les différents secteurs. Il est essentiel de préserver notre système barémique actuel et de faire respecter ce qui a été négocié collectivement. Derrière ces projets du gouvernement se cachent de vrais dangers : l’affaiblissement des salaires des travailleurs, un système de rémunération flou et injuste et la mise hors-jeu de la concertation sociale. Il n’en est pas question !