Négociation enseignement Universités 2017-2018

Position du secteur Universités et Recherche de la CNE

Même si l’ensemble de nos revendications déposées en novembre 2016 n’ont pas été rencontrées, force est de constater que quelques-unes, qui nous tenaient à cœur, le sont. Nous pensons notamment à l’harmonisation vers le haut des jours de congé (2 janvier, 2 novembre et 27 septembre) et des congés de circonstances, au financement du remplacement du personnel académique définitif en congé de maternité et à la suppression des classifications de fonction non négociées bloquant les personnes dans l’évolution de leur carrière.
Nous sommes satisfaits également de voir que la surcharge de travail induite par la mise en œuvre du décret paysage n’est plus considérée comme une perception, mais bien comme une réalité objectivée méritant une rallonge de 5,5 millions de l’enveloppe destinée à l’ensemble de l’enseignement supérieur.

Enfin, nous reconnaissons que certaines de nos revendications, même si elles ne sont pas entièrement abouties, ont été écoutées et nous espérons que les bonnes intentions à leur égard déboucheront sur des mesures concrètes. Nous pensons ici, notamment, à l’activation du décret de 2004 sur la création d’un fonds de garantie pour les chercheurs engagés sous contrat.

C’est pour ces raisons que la CNE (Universités-Recherche) signe aujourd’hui ce protocole d’accord sectoriel.
Cependant, nous resterons attentifs à la bonne affectation de la rallonge des 5,5 millions. Celle-ci doit impérativement se transformer en emplois qui doivent pallier en partie la surcharge de travail engendrée par la mise en œuvre du décret paysage.
Nous veillerons également à ce que les engagements qui ont été pris se transforment en décisions concrètes. Nous rappelons à cet égard que plusieurs mesures des protocoles antérieurs qui avaient été acceptées ne sont toujours pas exécutées.

Et enfin, nous reviendrons avec certaines de nos revendications qui n’ont pas été prises en compte et qui nous paraissent importantes comme l’amélioration de la carrière des assistants sociaux dans les universités ainsi que nos demandes relatives à la carrière des mandataires permanents du FNRS, demandes qui ont été transférées à l’Organe de concertation et de négociation (OCN) au sein du FNRS. Nous recommencerons à expliquer leurs portées et leurs enjeux, tout en présentant, bien entendu, des nouvelles préoccupations que le personnel ne manquera pas de nous faire remonter.