Le conflit s'enlise au Domaine de Taintignies

La direction ne cesse de provoquer les travailleurs pour pousser à l'incident et en faire porter la responsabilité aux organisations syndicales. Alors qu’elle avait accepté le service minimum en commission paritaire le 3 octobre, elle l'a remis en cause le 4 octobre. De plus, le directeur a agressé un permanent syndical durant une réunion censée construire le service minimum. Inacceptable.

Dès le soir même, la Commission Paritaire a donné l'injonction à la direction d'établir sa proposition de service minimum. Celui-ci n'a pas daigné répondre à la commission paritaire. Il a donc laissé les travailleurs sans aucune consigne de prestation du lendemain.  

Heureusement les travailleurs qui avaient préparé eux-mêmes le service minimum avec leur organisation syndicale ont assuré la prise en charge des bénéficiaires. 
Divers incidents provoqués par des membres de la hiérarchie ont nécessité l'intervention de la police sur appel des organisations syndicales.

Il faut savoir que le matériel d'hygiène de base n'était plus, bizarrement, à disposition des travailleurs. Les travailleurs ont du se débrouiller pour certains bénéficiaires à les essuyer avec des bavoirs et des taies d'oreiller! Intolérable.

Hier après-midi, un bureau de conciliation s'est tenu en urgence pour imposer un service minimum. 
Le service du week-end est assuré normalement. 

De nouveaux piquets de grève reprendront dès lundi 08/10.

Ce communiqué de presse " Le conflit s'enlise au Domaine de Taintignies " est également disponible en pdf