Dans le Namurois aussi, le NM sera en action demain

Le Non Marchand namurois ira rappeler à l’UNESSA, fédération des employeurs du secteur des soins de santé (hôpitaux, Maisons de Repos et de Soins, hébergement pour personnes handicapées, aide et soins à domicile, …) représentant 300 institutions en Wallonie et 45.000 travailleurs, qu’à 67 ans, tous les métiers du Non Marchand sont pénibles et sera en action ce vendredi 14 décembre à 13h00.

Le Non Marchand profitera de cette occasion pour réitérer ces demandes d’une bonne carrière depuis l’envol jusqu’à l’atterrissage, un travail vivable et des salaires décents. 

Imaginez…
  • Un éducateur spécialisé de 66 ans devant encadrer 20 jeunes handicapés.
  • Une aide-soignante de 65 ans qui doit lever et faire la toilette d’un résident de maison de repos, l’aider à prendre le petit déjeuner et ne pas oublier de tout noter dans le dossier informatisé, tout cela dans un timing serré.
  • Une infirmière de 60 ans à l’hôpital qui court dans les couloirs pour répondre aux sonnettes et qui, elle aussi ne doit pas oublier de remplir ce dossier patient informatisé pour le suivi.
  • Un brancardier qui effectue entre 15 et 18 km par jour et qui, à 55 ans, continue à transporter les patients à bon port, de sa chambre vers le bloc op/salle d’examen et vice-versa.
  • Une puéricultrice de 60 ans, occupée à jouer avec les enfants à genoux avec eux sur le tapis de jeux.
  • Une aide-familiale de 60 ans qui, sur une journée, va chez 5 personnes âgées ou parfois plus jeunes qu’elle, fait des toilettes, monte et descend des escaliers, preste majoritairement debout et remonte des sacs de courses.
  • Une puéricultrice de 60 ans, occupée à jouer avec les enfants à genoux avec eux sur le tapis de jeux.
Et ce sont autant d’exemples de personnes qui ne savent parfois pas joindre les deux bouts en fin de mois. 

Il est grand temps de tenir compte de la pénibilité liée à ces professions. Les barèmes qui nous protègent de l’arbitraire doivent être protégés. Les dispenses de prestations qui permettent de maintenir la tête hors de l’eau également. Nous revendiquons la révision des mesures d’aménagement de fin de carrière entre 50 et 60 ans pour nous permettre de tenir jusqu’à l’âge de  la pension à 65 ans maximum.

Partout, les travailleurs sont asphyxiés. Mis sous pression alors qu’on assiste partout à une commercialisation de nos secteurs et/ou à une diminution des subsides. Les conditions de travail deviennent intenables... certainement jusque 67 ans !

Ce communiqué de presse " Dans le Namurois aussi, le Non Marchand sera en action demain " est également disponible en pdf