Affaire Marghem : deux syndicalistes en correctionnelle

La chambre du conseil a rendu son verdict ce vendredi dans cette affaire. Les deux syndicalistes sont renvoyés en correctionnelle parce qu’ils se sont moqués d’une ministre MR. Déjà trois ans que cette affaire est devant les tribunaux et ce, aux frais du contribuable !  

En 2015, la ministre Marie-Christine Marghem a porté plainte contre deux permanents suite à la diffusion de capsules vidéos intitulée « Fraudes à la Une ». L’action se voulait symbolique. Des syndicalistes mènent des visites surprises et parodiques au domicile de personnalité politiques comme Jean-Luc Crucke, Didier Reynders ou Maxime Prévot en se faisant passer pour de faux contrôleurs de l’ONEM. Cette plainte a débouché sur l’inculpation de deux permanents syndicaux pour injures, calomnies, violation de la correspondance privée et de la vie privée et pour l’un d’entre eux usurpation de fonction.

La chambre du conseil s’est réunie ce vendredi pour rendre sa décision : les deux permanents sont renvoyés en correctionnelle. 

Pour nos juristes ainsi que l’avocat qui nous représente, c’est l’étonnement ! Le procureur préconisait d’ailleurs un non-lieu et la chambre du conseil a été à l’encontre de sa volonté.

Dans le même sens, le fait qu’une plaisanterie de potache donne lieu à un tel déploiement de moyens de la part d’une justice dont il est constamment répété qu’elle manque cruellement de moyens et dont toutes les sources disent qu’elle doit faire face à un arriéré judiciaire terriblement important, est complètement insensé. 

Souvent, il est demandé aux syndicats de trouver des manières alternatives pour se manifester. Pourtant, quand c’est le cas, ces derniers sont traînés devant la justice.

L’affaire n’est donc pas prête d’être terminée et au frais du contribuable qui se passerait bien des frais supplémentaires pour un dossier pareil. 

Ce communiqué de presse " Affaire Marghem : deux syndicalistes renvoyés en correctionnelle " est également disponible en pdf