Bain de sang social chez NLMK Clabecq

Après les spéculations et les rumeurs les plus folles de la veille, la direction de NLMK Clabecq vient d’annoncer ce matin, dans le cadre d’un conseil d’entreprise extraordinaire, son intention de se séparer de290 travailleurs sur un total de 580 travailleurs.

NLMK Clabecq est active dans la transformation de brames d’acier en plaques de différentes épaisseurs et dimensions utilisés dans des secteurs tels que la construction navale, la fabrication d’engins de manutention et de travaux public, la construction d’éoliennes, etc…
 
L’entreprise est une filiale de NLMK BELGIUM HOLDINGS sa, détenu à 51 % par ce puissant sidérurgiste russe et à 49 % par la région wallonne (SOGEPA).
 
Depuis 2011, NLMK CLABECQ est devenue le sous-traitant de NLMK Plate Sales située à Manage. Cette organisation a eu pour conséquence la concentration de tous les coûts anéantissant presque toute possibilité de profit dans son chef.
Pour la CSC, qui réclame un plan industriel et financier sans succès depuis plus de 2 ans, ce scénario était cousu de fil blanc. En effet NLMK annonce aujourd’hui vouloir se concentrer essentiellement sur la production de plaques à haute limite élastique et résistantes à l’abrasion.
 
La CSC n’acceptera pas que les travailleurs, qui ont consenti beaucoup d’efforts (flexibilité et conditions de travail difficiles), soient sacrifiés de la sorte.
 
Nous analyserons toutes les alternatives possibles pour éviter ce bain de sang social et nous interpellerons les pouvoirs publics afin que les travailleurs ne soient pas réduits à de simples variables d’ajustements des coûts mais des femmes et des hommes qui méritent le respect.
 
 
Pour toute information complémentaire, contactez les responsables en charge du dossier :
 
Lahoucine OURHRIBEL, secrétaire permanent ACV-CSC METEA : 0476/81.53.69
Said ZAOUDI, secrétaire permanent CNE : 0495/55.77.12